Catégories
FASMC Initiative du Journalisme Local (IJL)

Comment détecter les 1ers signes de trouble de santé de la petite enfance?

En collaboration avec le CÉF et les partenaires communautaires, Valérie animera des activités à l’intention des parents ayant des enfants de 0 à 6 ans. Valérie Courtemanche est formatrice agréée par la commission des partenaires du marché du travail aux fins de l’application de la Loi favorisant le développement et la reconnaissance des compétences de la main-d’oeuvre. Depuis 2006, des milliers de parents, enseignants, équipes de travail et éducatrices, aussi bien au Québec qu’à l’international, ont eu le plaisir de participer à différentes formations avec Valérie. Elle maîtrise sa matière et nous la transmet de façon créative, dynamique, imagée d’exemples concrets où chacun se reconnaît. Avec son énergie contagieuse, sa bienveillance et sa joie de vivre, elle est un modèle qu’on a envie de suivre. Ses propos percutants, remplis de passion et d’humour, font d’elle l’une des formatrices les plus recherchées.

Préparez vos questions et participez aux rencontres qui auront lieu les :

  • Jeudi 11 mars 2021 de 19h à 21h
  • Samedi 27 mars 2021 de 13h30 à 15h30
  • Jeudi 8 avril 2021 de 19h à 21h
Catégories
FASMC Initiative du Journalisme Local (IJL)

Le viol utilisé comme une arme de guerre dans la région des grands lacs

Animée par Tabitha Mukamusoni

Image trouvée sur la page facebook de Joseph Bitamba

Entretien réalisé le 26 février

Tabitha Mukamusoni reçoit Joseph Bitamba producteur et réalisateur indépendant, il vient de produire un film documentaire intitulé « les oubliées des grands lacs. » Dans ce film documentaire, Joseph Bitamba évoque le viol comme une arme de guerre utilisée en République démocratique du Congo, au Burundi et au Rwanda. Lors de l’ entrevue, Bitamba souligne que la guerre n’est pas le fait de la femme, c’est souvent les hommes qui sont à l’origine des conflits, pourtant les femmes en payent le prix. Les cas de viol ne sont jamais mentionnés après les conflits et personne ne s’intéresse aux victimes. Bitamba déplore que cela ne se produit pas en Afrique seulement, même dans d’autres pays qui connaissent les guerres, le même phénomène se produit. L’exemple parfait qu’il donne c’est l’Irak. Par contre, dans des pays ravagés par les conflits, beaucoup de programmes s’occupent des enfants soldats, des ex-combattants après la guerre mais jamais les victimes de viol ne sont évoquées même les Nations-Unies ne s’intéressent pas à ces femmes. Pourquoi alors cette ignorance, ce producteur et réalisateur indépendant n’a pas de réponse, il espère cependant que plus on en parle plus le monde va changer.

Catégories
FASMC

La Radio Wakanda au service depuis le 03 mars

Présentée et réalisée par Carole Irakoze le 04 mars 2021

Radio Wakanda, femme d’action, une radio crée et animée par la femme, pour les femmes et au service du monde entier. C’est une radio qui a pour cible la femme africaine en générale et la femme burundaise en particulier. Tabitha Mukamusoni, journaliste, cheffe d’antenne Amérique du Nord du Mouvement des femmes et filles pour la paix et la sécurité(MFFPS), coordinatrice de la Radio Wakanda, elle est aussi l’initiatrice de l’idée de créer cette radio dit que c’ est un outil de sensibilisation qui a pour but de donner la parole aux femmes et aux filles africaines en général et burundaises en particulier afin qu’elles aient un espace d’expression qui leur permet de promouvoir leurs droits ; sensibiliser les femmes et filles à se lever pour défendre leurs droits et à se faire valoir dans la société ; faire la promotion du leadership féminin à travers l’exemple positif des femmes qui ont émergé en politique, dans le monde des affaires, en diplomatie, voire même socialement pour motiver les jeunes générations à prendre leur avenir en main ; cette radio donne l’opportunité à chaque femme de se découvrir et de porter sa voix plus loin. Dans une entrevue avec Carole Irakoze, Tabitha Mukamusoni souligne que qu’elle est satisfaite par l’intérêt que le MFFPS a mis dans ce projet ainsi que la Radio Prairie FM. «J’ai initié l’idée parce que je comptais sur les talents des femmes membres du MFFPS et j’en suis ravie aujourd’hui. Le monde médiatique dans lequel j’ai évolué, les femmes journalistes viennent en second lieu, peu de femmes sont à la tête des médias. C’est rare que les femmes traitent des sujets comme l’actualité politique et économique dans des médias burundais alors qu’elles sont capables. » indique Tabitha

Catégories
Initiative du Journalisme Local (IJL)

Radio Wakanda, femme d’action sur les ondes de la Radio Prairie FM, la présidente de l’ACFG s’en réjouit

Logo du Mouvement des femmes et filles pour la paix et la sécurité au Burundi (MFFPS). Propriétaire de la Radio Wakanda, femme d’action. Le MFFPS a conclut un partenariat avec la Radio Prairie FM qui est la propriété de l’ACFG( Association communautaire fransaskoise de Gravelbourg). Crédit photo: MFFPS

Depuis le 03 mars, une radio internationale de la femme a débuté ses émissions sur les ondes de la radio prairie FM. C’est une radio du MFFPS,  la présidente de l’ACFG qui est propriétaire de la Radio prairie FM se dit heureuse de cette nouvelle œuvre des femmes. Dans une entrevue, ‘‘je pense que ça va nous amener à avoir la réalité des femmes dans le monde, la réalité des femmes noires ailleurs, les défis qu’elles ont, les succès qu’elles ont. Peut être que ça va nous ouvrir le cœur de penser qu’il y a des choses qu’on peut faire, peut être qu’avec cette radio, on va finir par trouver les moyens à distance de s’entraider ou même de se connaître ’’ souligne Maria Lepage, présidente du Conseil d’administration de l’association communautaire fransaskoise de Gravelbourg(ACFG). Elle ajoute qu’elle est fière de la contribution de la communauté noire à Gravelbourg et dans toute la province. Pour elle le travail de la femme doit être reconnu, les femmes ont  tendance à être humbles, le 08 mars est une occasion de se vanter un peu.

Catégories
Initiative du Journalisme Local (IJL) Non classé

Vin et fromage, l’ACFG célèbre la femme

Dans le cadre de la célébration de la fête de la femme, l’association communautaire fransaskoise de Gravelbourg ACFG a organisée une activité nommée vin et fromage. C’est une occasion de permettre aux femmes de la communauté de Gravelbourg de se joindre aux autres femmes de la province physiquement et virtuellement pour célébrer la journée de la femme, selon Maria Lepage qui est la présidente du conseil d’administration de l’ACFG. C’est une soirée où une dizaine de femmes vont partager un verre. Ça va être une soirée agréable.  Elle dit que depuis le début de la pandémie, les femmes de la communauté n’ont pas eu l’occasion de partager et de se rencontrer. Maria Lepage souligne aussi que le 08 mars est le temps de se vanter en tout petit peu car les femmes ont tendance à être humble, donc c’est le moment de reconnaître le travail fait par la femme.

Catégories
FASMC Initiative du Journalisme Local (IJL)

La vidéo comme support pédagogique

Mesdames Roxanne Schulte et Sylvie Legacy, enseignantes du Pavillon Monique-Rousseau de l’École canadienne-française à Saskatoon, ont produit une vidéo, dans laquelle elles ont demandé à leurs élèves, ce que la francophonie leur apporte. La vidéo est aujourd’hui devenue un support pédagogique très intéressant, avec comme principal avantage de présenter aux élèves du contenu éducatif sous un format audiovisuel qui va susciter grandement leurs intérêts. La vidéo s’intègre à une activité d’apprentissage. C’est donc avec une intention pédagogique très claire et un contenu adapté aux élèves que les deux enseignantes ont utilisé la vidéo pour amener la discussion sur le Mois de la Francophonie.

Catégories
FASMC Initiative du Journalisme Local (IJL)

Pour mieux orienter les élèves du CEF

Ce n’est pas toujours évident pour les élèves de s’y retrouver quand il s’agit de faire des choix qui conviennent le mieux à leurs objectifs académiques, personnels et professionnels. Comment s’organise un accompagnement des élèves du secondaire dans la préparation aux études postsecondaires et dans leurs choix de carrières ? Quelles sont les meilleures attitudes recommandées aux élèves du secondaire afin de mieux réussir dans leurs études postsecondaires et dans leurs carrières? L’intervenante en orientation scolaire Émilie Gagnon est la personne-ressource qui accompagne les élèves du CEF.

Catégories
FASMC Initiative du Journalisme Local (IJL)

Encourager nos élèves à mieux connaitre l’Histoire des Noirs du Canada

Chaque année le mois de février est l’occasion de célébrer le Mois de l’histoire des Noirs. En 2021, le thème est « L’avenir c’est maintenant ». Il est choisi afin de donner l’occasion de reconnaître et de mettre en valeur les efforts actuels des Canadiens noirs et de leurs communautés.

Le Mois de lhistoire des Noirs est loccasion pour nous d’honorer les contributions énormes que les personnes noires ont apportées et continuent d’apporter dans tous les secteurs de la société. Il s’agit de célébrer la résilience, l’innovation et la détermination à œuvrer pour un Canada plus inclusif et diversifié – un Canada dans lequel chacun à toutes les chances de s’épanouir.

Karlyn Séïde est enseignante de la première année au Pavillon Monique-Rousseau de l’École canadienne-française de Saskatoon. Elle a organisé différentes activités dans le cadre du Mois de l »Histoire des Noirs.

Catégories
FASMC Initiative du Journalisme Local (IJL)

Mois du récit autochtone à l’école Ducharme

Journée chandail rose

Tous les élèves du CEF méritent de se sentir en sécurité, respectés et valorisés. Tous les élèves ont le droit d’étudier dans un milieu exempt d’intimidation, de harcèlement et de discrimination. Mme Stéphanie Gaudet, enseignante de 5e et 6e année à l’école Ducharme de Moose Jaw, organise la Journée du chandail rose afin de contribuer à renforcer et à favoriser les relations positives dans l’école. Pour cette journée du Chandail Rose tous les élèves sont appelés à porter du rose. 

Mois du récit autochtone

La culture autochtone est très riche et chaque année en février, on célèbre cette richesse un peu partout au Canada. L’école du Ducharme n’est pas du reste. 

Catégories
FASMC Initiative du Journalisme Local (IJL)

Un partenariat serré entre l’école et la communauté

Chaque année le mois de février est l’occasion de célébrer le Mois de l’histoire des Noirs. En 2021, le thème est « L’avenir c’est maintenant ». Il est choisi afin de donner l’occasion de reconnaître et de mettre en valeur les efforts actuels des Canadiens noirs et de leurs communautés. Le Mois de l’histoire des Noirs est l’occasion pour nous d’honorer les contributions énormes que les personnes noires ont apportées et continuent d’apporter dans tous les secteurs de la société. Il s’agit de célébrer la résilience, l’innovation et la détermination à œuvrer pour un Canada plus inclusif et diversifié – un Canada dans lequel chacun à toutes les chances de s’épanouir. Charles Lamboni, directeur de l’école du Charme, a prévu plusieurs activités pour ce mois de février.