Catégories
FASMC

Baisse de la population égale pénurie de la main- d’œuvre en Saskatchewan: KOUAMÉ N’GOANDI

La perte des habitants signifie la diminution des travailleurs, consommateurs et payeurs de taxes selon Kouamé N’GOANDI, directeur général du Conseil économique et coopératif de la Saskatchewan.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Tabitha-PrairieFM-2.jpeg.

D’avril à octobre 2020, la Saskatchewan a connu au moins une perte de 1700 habitants suite aux frontières canadiennes qui sont fermées depuis mars 2020. Les immigrants n’ont pas eu la chance de traverser, ce qui explique le manque du personnel en Saskatchewan. La perte des habitants signifie la diminution des travailleurs, consommateurs et payeurs de taxes selon Kouamé N’GOANDI, directeur général du Conseil économique et coopératif de la Saskatchewan. Normalement, les entreprises et organisations fransaskoises dépendent de la main d’œuvre venant de l’extérieur de la province ou du pays. Le DG du Conseil économique souligne que cette fois- ci, cette communauté subira les effets. Mr N’Goandi confirme que depuis le début de la pandémie, la communauté fransaskoise assiste à une pénurie de main d’œuvre. Cette réduction est aussi observée au niveau régional ajoute le DG du CÉCS. Pour lever ce défi, Kouamé suggère aux entrepreneurs de continuer à créer de l’emploi afin d’attirer les gens vers la Saskatchewan. Rappelons qu’avant cette baisse, la Saskatchewan avait connu14 années de croissance démographique. Entre le 1er octobre 2019 et le 1er avril 2020, la province avait enregistré une augmentation d’environ 3000 personnes et depuis 2006, elle avait gagné plus de 170.000 résidents.

D’avril à octobre 2020, la Saskatchewan a connu au moins une perte de 1700 habitants suite aux frontières canadiennes qui sont fermées depuis mars 2020. Les immigrants n’ont pas eu la chance de traverser, ce qui explique le manque du personnel en Saskatchewan selon Kouamé N’Goandi, directeur général de Conseil Économique et Coopératif de la Saskatchewan. Pour lui, la baisse de la population signifie la diminution des travailleurs, consommateurs et payeurs de taxes. Normalement, les entreprises et organisations fransaskoises dépendent de la main d’œuvre venant de l’extérieur de la province ou du pays. Le DG du Conseil économique souligne que cette fois-ci, cette communauté subira les effets. Mr N’Goandi confirme que depuis le début de la pandémie, la communauté fransaskoise assiste à une pénurie de main d’œuvre. Cette réduction de la main d’œuvre est aussi observée au niveau régional ajoute le DG du CÉCS. Pour lever ce défi, Kouamé suggère aux entrepreneurs de continuer à créer de l’emploi afin d’attirer les gens vers la Saskatchewan. Rappelons qu’avant cette baisse, la Saskatchewan avait connu 14 années de croissance démographique. Entre le 1er octobre 2019 et le 1er avril 2020, la province avait enregistré une augmentation d’environ 3000 personnes et depuis 2006, elle avait gagné plus de 170.000 résidents.

Catégories
FASMC Initiative du Journalisme Local (IJL)

La prolongation des mesures sanitaires est loin d’être une solution pour mettre fin à la pandémie de COVID-19 en Saskatchewan: Ryan Meili, chef du NPD

Émission réalisée et présentée par Tabitha Mukamusoni

Prolonger les mesures sanitaires qui n’ont pas eu d’impact dans le passé n’est pas une meilleure voie de sortie pour combattre le coronavirus selon Ryan Meili. Le chef de l’opposition Saskatchewanais pense que ça serait mieux de mettre en place des restrictions plus sévères au lieu de prolonger celles qui n’aident pas à arrêter l’augmentation des cas de COVOD-19. Il dit que si ces restrictions étaient appropriées, la Saskatchewan ne serait pas au sommet de toutes les provinces qui ont le plus de cas de covid-19. Une autre chose que le chef du parti de l’opposition critique c’est le fait que le gouvernement Scott Moe n’informe pas la population sur la prochaine étape par rapport à la pandémie. Pour lui, la population a le droit de savoir ce qui se passe et surtout en ce qui concerne le nombre de cas. Le chef du Nouveau parti démocratique de la Saskatchewan demande aux Saskatchewanais de se protéger et ne pas trop relaxer. Ces mesures sanitaires qui devaient expirer le 15 janvier ont été prolongées jusqu’au 29 janvier. Le gouvernement Scott Moe souligne que c’est une meilleure solution pour le moment et que ces restrictions pourraient être réévaluées ou prolongées. Ces restrictions stipulent que seuls les résidents d’un même foyer peuvent se rassembler à l’intérieur, alors que les rassemblements extérieurs sont limités à un maximum de 10 personnes. Il faut s’assurer de respecter la distanciation physique et de porter un masque dans des endroits publics. Pour les restaurants et bars, seulement quatre personnes peuvent s’assoir sur une même table et la vente d’alcool va jusqu’à 22h. Les services de détails doivent fonctionner à une capacité de 50 pour cent tandis que les entreprises de détail de plus de 20.000 pieds carrés sont limités à une capacité de 25 pour cent.

Catégories
FASMC Initiative du Journalisme Local (IJL)

« La réception d’une nouvelle école, une fierté mais aussi un moment historique ». Jean de Dieu Ndayahundwa

Entretien réalisé par Tabitha MUKAMUSONI

Avec Tabitha
Jean de Dieu Ndayahundwa, représentant et porte parole du CPIP

L’annonce par le gouvernement de la Saskatchewan de la construction d’une nouvelle école francophone à Régina en juin a marqué l’année 2020 chez le collectif des parents inquiets et préoccupés(CPIP). Jean de Dieu Ndayahundwa, représentant et porte parole du CPIP souligne que cet évènement est non seulement une fierté mais  aussi un moment historique chez les fransaskois. » On attendait vraiment ce moment, on a traversé beaucoup de moments difficiles pour revendiquer cette école. Depuis avril 2015, tous les moyens avaient été utilisés jusqu’à aller en justice pour y arriver. C’est une grande réussite pour la communauté francophone car chaque fois la communauté recevait de vieilles écoles abandonnées par la communauté anglophone » déclare Mr Ndayahundwa. Le CPIP a connu aussi des peines et angoisses et la pandémie de COVID-19 a été une grande épreuve.  C’est d’ailleurs à cause de cette pandémie que le projet de construction de la nouvelle école n’a pas pu avancer.

Catégories
FASMC Initiative du Journalisme Local (IJL)

Entretien radiophonique 07

Dans le septième numéro d’entretien radiophonique autour du leadership inclusif Ousmane Ilbo Mahamane reçoit Mlle Tanvee Ramanah et Mme Sylvie Simo.

Catégories
FASMC Initiative du Journalisme Local (IJL)

Pour Michel Vézina, « La démission est une question d’éthique pour les politiciens qui ont voyagé à l’étranger »

Michel Vézina, président de la FAF

Entretien réalisé par Tabitha MUKAMUSONI

Certains politiciens n’ont pas respecté les restrictions liées au COVID-19 et se sont donnés le plaisir de passer les vacances de Noël en dehors du pays, ce qui fait l’objet des démissions pour beaucoup d’entre eux. Cela est en train de se produire au niveau de tout le Canada et en Saskatchewan en particulier. Pour Mr Michel Vézina, président de la fédération des aînés fransaskois Vitalité 55+ Saskatchewan, les politiciens disent une chose et son contraire. Ils sont normalement les premiers à devoir faire les mêmes sacrifices qu’ils demandent aux autres. Mr Vézina dit que ces élus doivent démissionner parce qu’après un acte pareil, ils ne méritent plus la confiance de la population. Alors que le premier ministre Saskatchewanais Scott Moe a déclaré en conférence de presse lundi qu’il n’avait pas donné les explications claires aux députés, Mr Vézina trouve que d’une façon ou d’une autre la responsabilité est partagée. Le président des aînés fransaskois ajoute que les politiciens qui n’ont pas encore démissionné alors qu’ils ont voyagé à l’étranger sans un motif valable devraient le faire sans tarder. C’est la seule et unique solution de se montrer responsables de leurs actes. Rappelons que le député et l’ ex ministre de la Voirie Mr Joe Hargrave a annoncé sa démission lundi à cause d’un voyage qu’il avait effectué à Palm Springs en Californie lors des vacances de fin d’année.

Catégories
FASMC

L’Eau Vive s’est très bien porté en 2020

M. Erik Tremblay directeur général de la Coopérative des Publications Fransaskoises, qualifie l’année 2020 de montagnes russes mais tout de même très positive dans les circonstances de la pandémie. Une nouvelle image du journal l’Eau Vive a vu le jour. Une période de transition a eu lieu au mois de mars afin de s’adapter à la nouvelle réalité que nous connaissons, mais par la suite tout est rentré dans l’ordre : De belles associations et une belle production. Le journal fransaskois a récolté plusieurs prix lors du gala de l’Association de la Presse francophone au début de l’été, soit celui du prestigieux prix du Journal de l’année.

Entretien réalisé par Marie-Lou Bernathez
DG de L’Eau Vive

Catégories
Non classé

Quel bilan 2020, pour la CAFS

Je suis étonnée de voir que les gens ne connaissent pas ce que c’est le racisme, la discrimination… J’ai constaté qu’il y a une éducation à faire dans notre communauté. Entretien réalisé par Carole Irakoze

Catégories
Ousmane Ilbo Mahamane rencontre avec

Le rendez-vous de Bellevue numéro 02

Une émission de Soraya Ellert

Émission de décembre 2020
Catégories
Non classé

ACF, quel bilan 2020

C’est une période très positive pour la communauté fransaskoise. Seulement de bonnes nouvelles s’annoncent. A côté de la construction d’une nouvelle école francophone à Régina, deux écoles de Gravelbourg vont bénéficier des travaux de rénovation (l’école Beau soleil et l’école Mathieu)
Photo ACF

« Mes angoisses…, corriger le tir en 2021 pour ce qui est des actes de racisme, de la cyberintimidation ». Denis Simard président de l’ACF

Catégories
Initiative du Journalisme Local (IJL)

La 43e AGA de la Société historique de la Saskatchewan

Adopter des nouvelles politiques

La Société historique de la Saskatchewan (SHS) a organisé virtuellement sa 43e assemblée générale annuelle le samedi 14 novembre, pendant laquelle il fut question de l’adoption des nouvelles politiques pour le centre des archives fransaskois et la gestion des documents. Depuis la mise en place du centre des archives en 2019, la SHS a commencé à développer les politiques qui soutiennent ses activités afin de déterminer les procédures de fonctionnement, de rassurer les donateurs et les clients et de gérer le fonctionnement correcte du centre. Pour Alexandre Chartier le DG de la SHS, la pandémie a eu un impact sur leurs activités, mais le télé travail a été d’un grand apport opérationnel dans la relation avec la clientèle et principalement les écoles.